Je désire réparer une injustice flagrante! El Santo, le lutteur Mexicain aurait dû figurer parmi les premiers personnages intronisés au Temple de la renommée de la kétainerie. Ce lutteur Mexicain dont la renommée dépasse largement les frontières de ce pays nous a offert qui nous a offert plus d’une cinquantaine de films plus kétaines et kitsch les uns que les autres de 1958 à 1982. De voir une grosse brutte au masque argenté avec une cape (ou encore avec un col roulé et un manteau de cuir) se promener en décapotable aux côtés d’une belle poupoune après avoir courageusement combattu les momies de Guanajuato avec son acolite Blue Demon à quelque chose de plutôt risible (quoi qu’à bien y penser, ce n’est pas pire que nos bons vieux héros en colant comme Batman et Robin, qui se mériteraient eux aussi une place sur ce site, particulièrement Robin et ses ‘’sacré nom d’un petit bonhomme’’ et autres remarques du genre).

Maquillages et costumes bâclés, scénarios de de film d’horreur/science-fiction de piètre qualité, décors en papier mâchés et en carton, scènes de combats ridicules, effets spéciaux a cinq cennes et dialogues pourris, bref, le Santo à tout pour plaire aux amateurs de tout ce qui est kitsch, kétaine, ringard et tout ce que vous voudrez.

Plus kétaine encore, El Santo nous a donné un fils, El Hijo del Santo, qui pour sa part, nous promet une troisième génération de lutteurs au masque argenté avec son plus jeune fils... Probablement El Nieto del Santo. Il fallait bien s’y attendre, au Québec comme au Mexique, les kétaines se reproduisent (voir Lyse Payette). Ceci dit, à la différence de bien des kétaines sur ce site (Michele Richard, Céline Dion, etc.), le kétainisme du Santo semble pleinement assumé et pour cause, il est à la base de son succès (quoi que le Hijo del Santo semble avoir un gros ego, mais peut-être ne suis-je pas en mesure de comprendre pleinement cette véritable institution culturelle mexicaine qu’est le Santo).

Aujourd’hui, des festivals de cinéma partout dans le monde (le Festival Fantasia de Montreal il y a quelques années entre autre) rendent honneur à cet homme qui a lutté toute sa vie pour que le kétaine triomphe sur le mal. La filmographie du Santo comprend des titres aussi peu kétaines que (traduction libre) : Santo contre les Zombies, Santo et l’hôtel de la mort, Santo contre le cerveau diabolique, Santo au musée de cire (version lutte de ‘’Martine à la plage’’), Santo dans la maison aux sorcières, Santo contre l’invasion Martienne, Santo et Blue Demon contre les monstres (WOW!), Santo et la vengeance des femmes vampires, Santo contre la fille de Frankenstein, et j’en passe et des meilleiurs. Ils sont tous disponibles sur ce site.

Je crois qu’ El Santo et son fils méritent une section à eux au même titre que Céline Dion. Peut-être leur nom est-il moins évoquateur pour la majorité des Québécois, mais leur oeuvre, s’étendant sur plus de six décennies est tout aussi considérable! Il est temps de réparer cette injustice!

Laurent Migneault